• 120 battements par minutes : le SIDA et Act Up jusqu'en 2018

             120 battements par minutes - Robin Campillo         

    Sortie le 23 août 2017, 120 battements par minutes (120BPM) a connu un grand succès. Le 3 mars dernier, lors des Césars, il reçoit le prix du meilleur film.

    « Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean. »

    Il est important de noter que ce n'est pas un film autobiographique, bien que le réalisateur ait utilisé de son vécu dans les années 90 et de son engagement pour réaliser ce film, il a aussi pris en compte de nombreux témoignages de personnes extérieures afin d'en faire un film le plus réaliste possible.

    Mon avis, mon ressenti :

    J'ai énormément aimé ce film parce qu'il nous embarque dans de nombreuses émotions très opposées, par les slogans qui nous font rire et des moments d'émotions nous tirant les larmes. 120BPM montre aussi la réalité qui a touché la jeunesse dans ces années là, une jeunesse qui avait envie de vivre mais qui était touchée par la maladie et qui avait à faire face à des politiques et pharmaceutiques lents, en recul face aux attentes de ces militants. De nombreuses personnes pointent les nombreuses scènes de sexe, dites abusées. Pour ma part, je trouve qu'elles ont toutes leur place dans le contexte du film. Elles font parties de la réalité, comme les moments où ils sortent en boîte ou les piqures.

    Le côté militant m'a particulièrement touché aussi. Les voir se réunir en Assemblées Générales, discuter de slogans, proposer des actions et les voir agir a relancé mon envie de militer. C'est aussi un film totalement d'actualité : nous avons tendance à oublier que le Sida existe toujours, car il est comme devenu banal, alors que pour en arriver là il a fallu gagner petites comme grandes batailles.

    "Tout part, tout part sauf le Sida". 


     

    120 battements par minutes : le SIDA et Actu Up en 2018 120 battements par minutes : le SIDA et Actu Up en 2018

      120 battements par minutes

     

     


     

                       Le SIDA depuis les années 1980                   

     

    Sida, VIH, séropositif : c'est quoi ?

    Le Sida (Syndrome d'Immunodéficience Acquise) est une maladie transmissible par voie sexuelle, par voie sanguine et de la mère à l'enfant durant la grossesse. Elle est la forme avancée et visible d’une infection au départ sans symptôme, causée par le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) (source).

    On est séropositif lorsque l'on est infecté, porteur du virus VIH et on le reste à vie. On peut transmettre le virus dès que l'on est contaminé. Mais l'on n'est pas forcément malade du Sida : tout d'abord, le système immunitaire empêche la progression du VIH dans le corps, mais au bout de 7 à 11 ans, il n'est plus en capacité de protéger le corps. Le VIH détruit donc le système immunitaire lorsque l'individu ne suit pas de traitement.

    120 battements par minutes : le SIDA et Act Up jusqu'en 2018

    (source)

     

    Histoire du Sida depuis 1980

    120 battements par minutes : le SIDA et Act Up jusqu'en 2018

    Les premiers cas aux États-Unis et en Occident sont apparus dans les années 1980 (le syndrome est estimé aux alentours de 1900 au Cameroun, pour plus d'infos allez ici). En juin 1981, 5 patients homosexuels de Los Angeles souffrent d'une "pneumonie rarissime". La communauté homosexuelle française est aussi touchée fin 1981, on parle de "peste rose", de "cancer gay", là pour "punir" les gays. Mais on se rend compte que les utilisateurs de drogues injectables sont aussi touchés (1981) et que les femmes sont aussi contaminées lors de rapports hétérosexuels (1983).

    On parle très vite d'épidémie, car tous les continents sont touchés : l'Afrique déclare ses premiers cas en 1982 et en 1983, de nombreux pays européen, en Australie, au Canada, dans les pays-latinos-américains. Tous les grands laboratoires de recherches médicales cherchent à identifier l'origine : en 1983, des docteurs français isolent ce qu'ils pensent être la cause du Sida.

    En 1986, on découvre qu'il est possible d'attraper le virus par l'allaitement de la mère. Rock Hudson est la première célébrité à mourir du Sida. En France, une ministre de la santé est élue et autorise la vente libre de seringues pour limiter la contamination chez les toxicomanes et autorise la publicité sur le préservatif (seul moyen de prévention contre le sida) qui était autrefois impensable.

    En 1987, c'est l'arrivée de l'AZT, un traitement qui a fait naître l'espoir chez les malades mais qui s'est avéré très décevant. On entre dans une période pesée par la morts de nombreux jeunes.

    Le 9 juin 1989, sous le modèle d'Act Up New York, l'association Act Up Paris est créée. De nombreuses actions sont menées afin de sensibiliser la population, de réveiller la société qui ne souhaite pas ouvrir les yeux sur la situation : dénonce en 1989 l'église catholique face à l'utilisation du préservatif, le 1er décembre 1993, AUP enfile une capote sur l'obélisque de la Concorde (vidéo info ina).

    En 1991, Freddie Mercury meurt du Sida. Le ruban rouge devient le symbole international de la sensibilisation au sida. Le nombre de morts ne cessent d'augmenter dans le monde jusqu'à atteindre un pic de 2,003 millions de morts en 2005.

    En 1996, un traitement est découvert et empêche les malades de mourir : la trithérapie. Le traitement apparait au goutte à goutte au début mais en France de nombreux cas ont été traité rapidement. Cependant, de nombreux effets secondaires sont à noter (joues creusées, diarrhées, déficiences biologiques...).

     

    Et maintenant ?

    Aujourd'hui, 5 000 personnes sont infectées et 3 000 personnes meurent chaque jour du Sida soit plus d'un million de décès par an dans le monde. Mais on peut constater que le nombre de décès liés au Sida dans le monde a été divisé par 2 en 2017 depuis le pic de 2005. Le nombre de personnes vivant avec le VIH est de plus en plus élevé chaque année atteignant 36,7 millions de personnes en 2015 et le nombre d'infections est en baisse depuis 1997.

    Si à ce jour aucun traitement n'a permis d'éradiquer totalement le VIH, l'ONU envisage la fin de l'épidémie d'ici Horizon 2030 si les 150 milliards d'euros pour y parvenir sont investis.

     

                              Les polémiques Act Up                          

    120 battements par minutes : le SIDA et Act Up jusqu'en 2018

    Peut-être en avez-vous entendu parler, mais il y a eu une polémique suite à l'élection du nouveau Conseil d'Administration lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire du 31 mars dernier, après la démission de certains membres du CA (Rémy Hamai, Mikael Zenouda, Xavier Coeur-Jolly).

    Ils ont écrit un communiqué de presse (www) où ils expliquent que AUP a connu de nombreuses adhésions suite au succès de 120BPM. Cependant, d'après eux, certaines personnes déjà politisées usent de l'entrisme politique afin de porter de nouvelles luttes au sein de l'association. Ils dénoncent l'élection de deux nouveaux adhérents sur les cinq élus, qui ne connaissent rien à la vie associative et au sida. Ils fonctionnent différemment : à l'origine, AUP part du Sida pour partir sur d'autres questions, or les nouveaux adhérents ont une politique inverse, selon Hamai. L'ancien président d'AUP dénonce aussi le fait qu'ils souhaitent avoir un retour à des actions "violentes", cependant pour celui-ci il n'est pas nécessaire, car la société a changé et qu'elle a conscience de l'existence du Sida. Pour plus de précisions, voici l'interview de Rémy Hamai.

    Pour le nouveau CA d'AUP, c'est une réaction non-démocratique du CA démissionnaire qui discrédite le nouveau CA. (www & www) Ils précisent bien dans leur article que « Act Up-Paris réaffirme l’engagement de l’association dans la lutte contre le VIH/sida, sa solidarité avec les personnes vivant avec le VIH/SIDA et les personnes discriminées ».

    On constate donc une divergence des luttes au sein de l'association.


    J'espère que cet article vous a plu, j'ai pris pas mal de temps à le réaliser (et à comprendre les polémiques actuelles surtout). J'espère que ça vous aura plus, pour ceux qui n'aiment pas les articles comme ça vous en fait pas je vais écrire autre chose la prochaine fois (x .  

     

    sources : les inrockuptibles ; (partie II) aide info sida belgeprévention sidacatieallodocteurje m'informefrance culturesolidarité sidaonu sidasciences et avenir ; (partie III) les inkrocks ; twitter Mikael Zenouda, Rémy Hamai, Young Bambou, Act Up Paris ; l'express ; rt france ; libération 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Avril 2018 à 14:15

    vraiment un : très bon article !

    (là je t'aurais mis un petit like mais c'est pas possible alors considère que je l'ai fait)

    • Voir les réponses
    2
    Mardi 17 Avril 2018 à 20:01

    J'aime vraiment beaucoup ton article et la façon du la formée. Tu as très bien "su" t'approprier le sujet je trouve, tu as fait un très bon travail et très intéressent en plus! Jolie blog ;)

    3
    Vendredi 27 Avril 2018 à 16:35

    J'ai entendu tellement de bien de ce film, et même avant ça je voulais le voir, j'ai très envie de le voir. J'ai vu qu'ils avaient fait l'acquisition du DVD dans la médiathèque où je vais parfois, il a l'air pas mal demandé mais je vais essayer de le réserver.

    En tout cas, ton article est vraiment intéressant, et j'ai appris pas mal de choses. J'ai l'impression que même si le SIDA est (plus ou moins) connu aujourd'hui, on en parle plus autant. Et c'est quelque chose qui reste assez flou pour beaucoup de personnes, notamment pour les plus jeunes (nous entre autres) parce qu'on a pas connu les moments les 'plus importants' de cette lutte. Et je pense que 120 bpm permet de remettre un peu le sujet sur la table si on peut dire et peut-être de sensibiliser, et de faire comprendre, aux plus jeunes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :